Qui suis-je ?

Après avoir obtenu une licence en sciences biologiques en 1990 aux Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur en Belgique (FUNDP), j’ai travaillé comme chercheur à l’Université jusqu’à ce que je présente un doctorat en sciences en 1998. Ces années de recherche m’ont permis de m’ouvrir à la biologie cellulaire et moléculaire. Je me suis intéressée à une molécule en particulier, l’ADN qui se trouve dans chaque cellule du corps.

Un tournant dans ma vie professionnelle

En 2005, je me trouvais dans une impasse au niveau professionnel. Je me posais beaucoup de questions sur le sens des recherches auxquelles je participais. Parallèlement à ce questionnement, des maux de tête de plus en plus fréquents et intenses m’ont amenée à consulter différents spécialistes médicaux et paramédicaux. Le premier traitement qui m’a aidée est l’acupuncture. Cependant, les améliorations apportées par le traitement ne tenaient pas dans le temps.

Peu de temps après, j’ai pris rendez-vous chez un thérapeute que l’on m’avait conseillé. Il a développé une technique thérapeutique, la Cohérence Somato Psychique®, visant la libération des inhibitions inscrites dans l’organisme qui empêchent le processus naturel d’auto-guérison. Après quelques séances, les migraines se sont espacées et ont diminué en intensité.

Convaincue que le psychisme jouait un rôle dans l’évolution des malaises et des maladies, je me suis formée à la CSP® et suis devenue thérapeute, attachant une importance primordiale aux émotions et à leur impact sur l’organisme.

Parallèlement au travail individuel en thérapie, j’anime des formations en gestion du stress et des émotions ainsi que des ateliers de pleine conscience. N’hésitez pas à me contacter à ce sujet.

Aujourd’hui, l’épigénétique apporte un regard nouveau sur le sujet en montrant que tout ce qui fait partie de l’environnement, y compris les émotions, laisse des traces sur l’ADN et modifie la manière dont les gènes s’expriment. Le message de l’épigénétique est clair et optimiste : les traces laissées sur l’ADN peuvent être effacées tout comme l’écriture au crayon. J’ai écrit un livre sur le sujet s’intitulant « l’impact des émotions sur l’ADN » (éditions Quintessence, 2014). Depuis 2016, je fais partie du comité scientifique (département ADN et stress) de l’Institut Européen des Sciences de la Santé et de la Longévité (IESSL) dirigé par le Dr Frédéric Nadal, gynécologue obstétricien français.

 

Ce qui me tient à coeur:

– la bienveillance;

– la curiosité;

– l’humilité (tout change, éviter tout dogmatisme);

– la simplicité;

– l’humour